PRESENTATION                  HISTOIRE                  COLLECTION                  CONTACTS

 

Boddhisattva auréolé

Art gréco-bouddhique du Gandhara

Schiste gris-bleuté

1er – 3ème siècles, Période Kouchane, Afghanistan/Pakistan

67 cm de Hauteur

L’ancien Royaume du Gandhara recouvrait les Provinces du Nord-Ouest de l’actuel Pakistan et l’Est de l’Afghanistan. Situé au carrefour de grandes civilisations, il connut son essor entre le 1er et le 3ème siècle de notre ère. Cette région a vu apparaître et se développer une civilisation brillante contemporaine des Han chinois et des mondes romains, fruit de la rencontre des influences grecques (conquêtes d’Alexandre le Grand), perses et indiennes. L’art qui va naître est original, splendide. Un mélange harmonieux, syncrétisme entre les canons de la beauté grecque et les canons indiens. On le nomme l’art gréco-bouddhique. La pièce présentée ici en est une superbe illustration.

Sculpté en très haut relief avec une très grande sensibilité, le Boddhisattva auréolé est debout une main sur la hanche. Il est vêtu d'une robe longue au drapé mouillé très élaboré qui couvre son épaule gauche (Dhoti et Sanghati) et descend en cascade vers le sol formant des ondulations régulières et élégantes. Il est représenté comme un prince paré de nombreux bijoux (amulettes cylindriques, collier figurant deux gueules de lions s’affrontant, boucles d’oreilles, collier large orné de fleurs stylisées, bracelet etc.), un superbe turban à la mode de l’époque. Ses cheveux sont relevés en un chignon complexe et haut. Son visage juvénile très fin à la moustache délicate affiche une expression sereine, pensive. Les yeux sont mi-clos en amande, les paupières coupantes surmontées de sourcils arqués, le nez aquilin, la bouche légèrement ourlée et souriante. Au milieu du front, l’Urna symbolise la sagesse.

Nous pouvons émettre l’hypothèse très vraisemblable que de sa main manquante, le Boddhisattva exécutait le geste de l’absence de crainte, Abhaya-Mudrâ. Peut-être même, avait-il comme c’est le cas pour la grande statue du Musée Guimet une membrane palmée entre ses doigts révélant sa nature supra-humaine, conformément aux textes canoniques du bouddhisme.

Nous retiendrons les très belles proportions de cette sculpture, sa grâce, sa finesse et sa beauté saisissante. Nous pourrons nous référer au Boddhisattva debout, Mission Foucher, du Musée Guimet à Paris. L’iconographie est étonnement similaire. Nous pouvons même deviner sur notre Boddhisattva comme sur celui du Musée Guimet et d’autres d’ailleurs à travers les collections des musées un bijou caché sous l’étoffe au niveau de l’épaule gauche et qui forme un léger relief circulaire.

Manques visibles et restaurations d’usage.

Maillard, Monique & Bézard, Robert. Buddhism in Afghanistan and Central Asia, Iconography of religions, 1976, T. XIII, 14. Alfred Foucher, L’Art gréco-bouddhique du Gandhara, Paris, 1905-1951.

Provenance : Collection privée.