PRESENTATION                  HISTOIRE                  COLLECTION                  CONTACTS

                                

Rare CHEVAL de PARADE

Terre cuite à engobe blanc et à traces de polychromie

Chine, Dynastie Wei (386 - 589)

Test de thermoluminescence

H : 55cm L : 44cm

 

Dans la société chinoise ancienne, le cheval tenait une place privilégiée, considéré comme un don du ciel très présent dans l’iconographie funéraire, il figurait également parmi les signes du zodiaque. C’est grâce au cheval que l’Empire a renforcé, sécurisé et étendu ses frontières.

D’un naturalisme saisissant, ce cheval paradant de la dynastie des Wei est sagement figuré à l’arrêt sur une terrasse rectangulaire, les oreilles aux aguets. Le cheval est paré de grelots retenus par une sangle sur son poitrail, de pendeloques, d’un panache sur le crâne en forme de bouton de fleur, d’une selle décorée avec son tapis qui retombe en ailettes formant garde boue sur les côtés. La croupe supporte une parure ornée de fleurs en haut relief. Sa silhouette est toute en courbe. Sa longue queue descend jusqu'aux jarrets.

Nous soulignerons le très grand souci du détail, la finesse de la selle, la richesse exceptionnelle d’un harnachement complexe, le traitement des tissus, les grelots en grand nombre, les pompons. Cependant cette minutie poussée à l’extrême n'exclut pas la force. Le digne destrier est solidement campé sur ses jambes et offre un sentiment de grandeur et de vigueur. Il fait admirer son encolure large et plate, effilée vers la crinière comme le tranchant d'une hache, et son museau busqué n’est pas sans évoquer la grâce du cygne.

Nous admirerons cette étrange maestria, cet équilibre parfait entre le style et la réalité, entre la puissance et la douceur. À travers l’animal se dévoile une civilisation riche qui exalte sa capacité à dompter la fougue, à canaliser l’énergie. Comment ne pas ressentir toute la tension de ce cheval qui attend un ordre pour se mettre en marche ?

Le très grand réalisme de ce cheval, en particulier avec ses arcades en relief, nous laisse penser qu’il doit dater du milieu du VI siècle, des Wei Orientaux. Les chevaux du IVe et Ve sont davantage stylisés.

Nous retiendrons la fière allure de ce cheval presque hautain, idéalisé, emblématique des Wei.

Restaurations d’usage, recollages de grelots, nouvelles attaches des pendeloques en métal.