PRESENTATION                  HISTOIRE                  COLLECTION                  CONTACTS

 

(Des photographies bientôt disponibles)

 

Brahma

XIIème

Angkor Wat, Cambodge, Art Khmer

Grès

 

Très rare iconographie peu représentée en art Khmer du dieu Brahma (Shiva et Vishnou représentent 95% des iconographies de divinités masculines).

 

Brahma, dieu créateur, premier dieu de la Trimurti, promène son regard en direction des quatre points cardinaux. Les visages sont d’une extrême finesse. Nous remarquons des fleurs de lotus qui ornent les oreilles aux lobes allongés ainsi que les coiffes d’orfèvrerie. Un pectoral ciselé est présent sur les deux faces.

 

Brahma est traditionnellement représenté avec quatre têtes et quatre bras. Chacune de ses têtes récite un des quatre Veda. Ces multiples visages symbolisent le fonctionnement de sa personnalité constituée des pensées. Il y a l'esprit, l'intellect, l'ego et la conscience conditionnée.

 

La légende raconte que lorsqu'il était en train de créer l'univers, Brahma engendra une très belle déesse nommée Shatarupa. Le dieu en tomba immédiatement amoureux. Pour fuir le regard insistant de Brahma, Shatarûpa se déplaça alors dans de nombreuses directions. Mais, où qu'elle se trouvait, Brahma se créait une tête pour pouvoir continuer à la voir. À la fin, il en avait cinq, une pour chaque direction cardinale et une pour regarder au-dessus. Pour contrôler le dieu, Shiva coupa la tête supérieure, mais lorsqu'il apprit que Shatarûpa était la fille de Brahma, il décida que c'était inconvenant pour lui d'en être obsédé. Depuis cet incident, Brahma récite les quatre Veda en pénitence.

 

Nous retiendrons pour cette pièce également la douceur des regards et des sourires. Alors que souvent dans l’iconographie khmère une distance est marquée entre le divin et le spectateur mortel (poses hiératiques, géométrie des formes, regards distants), ici les visages semblent emprunts d’expressivité. Ils se ressemblent mais sont tous différents à quelques détails près. Un visage penche légèrement sur le côté et on devine la souplesse du mouvement du corps absent, un autre sourit avec grâce, un troisième de façon plus énigmatique, un quatrième à l’air plus sérieux. La volonté de l’artiste est clairement de montrer les différentes facettes de la personnalité du dieu.

 

Nous nous réfèrerons aux sculptures MG 14887 et MG 18098 du Musée Guimet, ainsi que la sculpture (collection privée) documentée in E. Bunker and D. Latchford, "Adoration and glory", éd. art media ressources, p.144 et 145, ISBN 1-58886-070-1.

 

40 cm de haut sans le socle.